Je t'ai regardé t'éloigner, depuis le seuil de ma porte, il y a de cela pratiquement une année. Comme la femme éprise regardant l'amour de sa vie s'en aller, comme la mère affectueuse se résignant le coeur meurtri à laisser partir son enfant, je me suis faite une promesse. Celle de t'attendre, de ne pas t'oublier et par dessus tout d'être prête lorsque tu reviendrais, car c'était désormais une certitude : tu reviendrais !