{Les cœurs éveillés} Ode à la tristesse, par Nûr