Hier soir, après une journée assez chargée au rythme des couches lavables à changer, de la sortie du midi à l'école, rentrer, sortir la poussette, boucler les 6 ceintures de sécurité, déboucler, j'étais lessivée. Une fois tous les enfants au lit, les habits du matin préparés, le salon prêt pour le lendemain matin, je me suis posée devant mon PC et là, j'ai commencé à culpabiliser : mon pauvre blog n'est plus nourrit au rythme d'un billet par jour. Je ne peux pas tout faire, enfin si je pourrais, mais le problème vient des journées qui n'ont que 24 heures à leurs effectifs. Et quand bien même y'a pas mort d'homme, ça m'a tracassée, donc oui, j'en suis consciente, je suis l'esclave de mon blog.