Le système d’évaluation pour les enfants

école enfant

L’envie nette d’écrire ce texte s’est faite ressentir, lorsque, mon fils de 5 ans, sortant de son cours d’escrime me dit la tête baissée : “Je suis nul maman, j’ai encore marqué 0 point, je ne gagne pas, c’est trop nul” , je lisais sur son visage son état de déstabilisation, frustration, sa déception mais aussi sa tristesse, bien qu’assez vite dissipée.

Dès le plus jeune âge, ça commence bien souvent à l’intérieur même de la fratrie, l’enfant est comparé et inconsciemment évalué : “oh il ne mange pas beaucoup lui, oh il est moins vif à son âge que untel, oh untel sait déjà bien lire, le mien pas encore etc” .
En parallèle, lorsque nous scolarisons nos enfants à l’école, dès la petite section, il y a tous les trimestres une feuille d’évaluation remise aux parents avec des notes pour chaque apprentissage selon que ça ait été jugé acquis, en cours, à renforcer ou pas acquis. Dès l’école élémentaire avec le CP, commence le système des notes ou des évaluations avec des A, B, C etc selon la réussite ou non. Lorsque l’on inscrit nos enfants à un sport, activité propice au défoulement, dépassement de soi, apprendre à se mélanger, à être cadré, de bonnes choses en soi, on y inculque aussi dès le départ, même dès 4 ans, l’évaluation : notamment en escrime où les enfants font de minis combats, et celui qui touche avec son fleuret l’autre partenaire marque un point. Il suffit que l’enfant qui combatte contre l’autre ait 1 , 2 voir 3 ans de plus, et vous comprendrez aisément, vu l’écart que cela fait à cet âge là, quel enfant se retrouve avec zéro point..

Ces systèmes de notation semblent en apparence anodines, et comportent même à priori des bonnes choses, puisqu’elles peuvent permettre de s’auto-évaluer, voir où l’on en est, les axes de progression etc… La compétitivité en soi n’est pas mauvaise, mais vouloir à tout prix gagner, être le meilleur, que ce soit à l’école ou dans un sport, est-ce vraiment là dedans que l’enfant va trouver la réussite et l’épanouissement ? Un enfant de 3, 4, 5 ans et même plus, est-il vraiment en mesure, alors qu’il est en pleine construction, de tirer bénéfice de son évaluation, surtout si elle n’est pas vraiment en sa faveur ? Est- ce vraiment objectif et nécessaire tout ça ? Peux t’on pour dire si un enfant est “bon” ou pas le “juger” par les notes qu’il aura à l’école ? Est-ce que pour les enfants qui n’ont pas toujours confiance en eux, ont une estime d’eux encore fragile, une maturité débutante, cela ne peut pas au contraire les “casser” en plein vol, les démotiver et/ou les faire se dévaloriser ?

Cette espèce de pression qu’ils ont sur leur dos dès le plus jeune âge est rentrée dans nos habitudes comme si c’était la normalité, car l’évaluation est importante, mais n’est-elle pas un peu malsaine et parfois contre-productive au fond ?

Pensez-vous vraiment que l’on puisse utiliser ce système pour juger des compétences et capacités d’un enfant ?
Ne serait-ce pas plus beau finalement surtout lorsqu’ils sont petits, de leur apprendre afin qu’ils se bâtissent au mieux avec de belles valeurs, que l’important n’est pas toujours de gagner ou d’être le meilleur, mais d’essayer de donner le meilleur de soi ?
Leur faire comprendre qu’ils ne doivent pas se comparer aux autres , mais aller à leur rythme selon leurs capacités de compréhension et d’action?
On attends tellement d’eux déjà si tôt… comme si nous étions pressé d’en faire trop vite de minis-adultes.
Un juste milieu, plus humanisé ne serait-il pas à trouver ?
Afin qu’ils ne ressentent pas les “moyennes” et mauvaises évaluations comme des échecs pouvant les affecter dans leur estime et motivation.

Et vous qu’en pensez-vous?
Nûr