Le statut Facebook d’une copinaute m’a interpellé avant-hier. Il s’agissait d’un reportage d’Envoyé spécial, diffusé en février dernier, intitulé “Bébés business”, vous trouverez les vidéos un peu plus bas. Moi qui d’ordinaire ne rate pas cette émission, j’avoue que pour ce coup, je suis contente d’être tombée sur la rediffusion de cette perle que je n’avais vue. Étant maman de trois enfants ( une famille nombreuse qu’ils disent ), je m’y connais chouïa dans le domaine. Quand on dit que l’arrivée d’un bébé ça fait flamber le porte-monnaie, je suis d’accord, mais il ne faut pas exagérer. Après c’est certain que des parents ont la CB facile, un peu comme ce que nous montre le reportage…

Quitte à parler d’investissement, je pense que oui, les enfants en demandent, mais plutôt en terme de disponibilité et d’amour ( la maman qui prévoit son petit personnel pour surveiller ses jumeaux la nuit, ça me fait bien sourire… cf le reportage, vous comprendrez ). Donc oui certes, il y a des achats à prévoir, mais rien n’oblige les futurs parents à investir dans des gadgets et tout un tas de trucs inutiles. Vous ne vous vous êtes jamais fait la réflexion, avant de passer à l’acte d’achat, que finalement telle chose peut facilement être remplacée par un truc que l’on a déjà sous la main ?

Tenez, prenez l’exemple du plan incliné qui sert à relever légèrement le matelas de bébé en cas de régurgitations ou premier rhume. Un petit coussin glissé sous la literie ne fait-il pas le même effet ? Le lait de croissance qui coûte un rein, nos grand-mères n’en avaient pas, et pourtant elles étaient robustes. La cuillère 360° de Béaba ( dans le reportage ), pitié, qu’il mange avec ses doigts ! La poussette avec frein au guidon et amortisseurs, c’est pas juste un peu trop ? Bien sûr je n’accable pas les personnes qui succombent devant de telles innovations, même moi si j’avais reçu en cadeau ceci ou cela, j’aurais été contente, mais c’est quand même très couteux et pas forcément indispensable.

Il convient de bien réfléchir à ce qui est vraiment utile, se faire plaisir pour deux ou trois trucs, mais après la société de surconsommation nous poussent vraiment à faire des choses ridicules.


Envoyé Spécial 17/02/2011 Bébés business Partie 1 par Arnaud_JACQUES


Envoyé Spécial 17/02/2011 Bébés business Partie 2 par Arnaud_JACQUES