Les coeurs éveillés, Vie de famille

{Les coeurs éveillés} "Joyaux bénis, nos enfants"

enfant souffle fleur

Cet écrit présent se nourrit de mon expérience en tant que maman, de mes “points forts ” mais aussi de mes lacunes, parfois répétitives, de mes observations, lectures etc, et Inshâ Allâh qu’il vous soit bénéfique, vous sensibilisant et vous amenant à une réflexion !

Quel bonheur indescriptible que celui ressenti lorsqu’un enfant vient bouleverser positivement notre vie ! Cette vague de chaleur s’emparant de nous pour ces petits êtres sans défenses, et l’on comprend alors ce qu’est l’empathie, l’amour sans failles et sans conditions : Nos enfants, ce sont nos vies, notre chair, notre fierté, ce qui illumine notre coeur de gaieté et nous valorise tant.
Allâh nous donne le plaisir de goûter à ces sentiments si uniques, c’est un privilège et en prenons-nous vraiment conscience ? Ce statut de mère est un honneur, un précieux don d’Allâh, et c’est justement parce qu’il est si précieux que nous nous devons de rendre leur éducation belle et fleurissante, afin que par notre cause, leur coeur pulse d’amour pour Lui , et que leurs pas suivent Sa voie. Privilège donc… et ENORME responsabilité… et ça, en prenons-nous aussi vraiment conscience ? Tout d’abord, ce qu’il ne faut JAMAIS oublier : nos enfants ne nous appartiennent pas, ils nous sont confiés par Allâh tels des dépôts dont on a l’OBLIGATION de prendre soin, ce n’est pas une simple option : Cela recouvre beaucoup de notions, de choses à appliquer ou pas, que notre nafs, notre fatigue bien souvent omettent … Nous nous devons de faire en sorte que nos enfants gardent le plus longtemps possible leur fitra, cette saine nature avec laquelle ils viennent au monde de façon innée. Nous devons apprendre à faire preuve d’une patience exemplaire avec eux, ne pas oublier, même fatiguées, irritées, qu’ils ne sont encore que des enfants, dès lors, savoir se mettre à leur place.
Être mère, c’est apprendre à décoder tous leurs besoins, en effet s’ils sont comblés, l’enfant sera rassuré et épanoui.
Être démonstrative avec eux encore et toujours : des bisous, des câlins, des mots d’amour, du réconfort, du dialogue, de la douceur, rigoler avec, c’est ça dont l’enfant a besoin pour se sentir en sécurité affective.
N’oublions pas que si nous sommes leur mère, nous n’avons malgré tout pas tous les droits sur eux : Crier, brusquer physiquement, injurier, utiliser des phrases dévalorisantes, menacer, taper, céder à de mauvais comportements sous les nerfs, etc… Tout cela, nous devrons en rendre compte à Notre Créateur, et comme dure pourra être la Sentence ! Sans compter bien souvent que ces agissements ne sont pas sans effets néfastes à moyen et long terme sur l’enfant. Toute chose, qu’elle soit bonne ou mauvaise aura tôt ou tard des répercussions. Nos enfants sont ( souvent ) tels que nous les avons consciemment ou inconsciemment «modelés»… Ne sous-estimez donc pas leur valeur et créez avec eux une belle et singulière complicité, vous récolterez toujours un jour ou l’autre et de quelle que façon que ce soit le fruit de vos bonnes actions envers eux.
Certes, nous ne sommes pas parfaites, mais ce que vous recherchez pour votre enfant, c’est l’Ihsân, soit l’excellence ? Alors cherchez vous-même à en être le reflet, essayez de faire de votre mieux pour être excellente dans votre rôle de mère et d’éducatrice religieuse et cela avec constance ! Vous aimeriez que votre enfant vous aime et vous respecte ? Alors commencez vous-mêmes par le respecter avec un grand R… L’enfant étant sans défenses, ne profitons pas de façon vile de cet état.
Tout d’abord, lorsque l’enfant est bébé, il n’y a rien d’autre à faire que répondre à TOUS ses besoins primaires, sans montre, sans cris, sans stress, sans influence négative avec des conseils parfois maladroits et erronés de l’entourage…Puis, quand notre trésor grandit, le dialogue est primordial, s’intéresser à lui, aux préoccupations de son âge, jouer avec , etc tout cela est essentiel pour sa bonne construction. On fait tout dans la joie et la douceur en attendant la Seule Récompense d’Allâh. En effet, il nous faut réviser nos intentions, elles déterminent ce que l’on veut “faire” de nos bouts de chou et bien souvent de ce qu’il en adviendra d’eux plus tard… Est-ce juste pour le plaisir d’être maman, d’agrandir le foyer, ou bien avons-nous l’objectif plus profond et tellement plus méritoire encore que celui d’en faire des lumières de la Oumma ?
A méditer… C’est ce but que nous devrions avoir, dès lors, il faut réfléchir à ce que l’on souhaite léguer à nos progénitures et comment nous comptons nous y prendre. Tout ceci n’a pas l’air en apparence, mais fait déjà partie de l’éducation religieuse, ces façons de faire et de donner à l’enfant créent d’excellentes bases et un climat propice pour commencer dès la naissance à imprimer sur leur coeur la croyance et l’Amour pour Allâh.

Dans une deuxième partie, nous nous intéresserons à comment précisément, c’est-à-dire par quels actes et paroles, peut-on dès le plus jeune âge inculquer les valeurs et la pratique de l’Islam à nos précieux dans la joie, la compréhension et la bonne humeur , sans brusquer ni forcer. Nous sommes des exemples pour eux, ne l’oublions pas…

Restez connectées mes Jasminettes :)
Nûr

Vous devriez aimer également

9 commentaires

  1. 1

    Salam aleykoum Nûr, un si beau texte pour nous remettre en question, car malgré tout ce n’est pas tout les jours facile mais al hamdoulileh se bonheur qui ne se mesure pas d’avoir nos enfants pres de nous et de les voir grandir au jour le jour… Je partage ce texte, ma sha Allah merci pour cette belle plume Nûr

  2. 2

    1er commentaire ??! Quel honneur ^^ lol
    Nûr, égale à elle-même avec cette délicate réflexion sur l’éducation.
    Hâte de lire la suite :)
    Qu’Allah nous accorde à tous et toutes patiente et constance dans l’éducation de nos (futurs) enfants. Amin.

  3. 4
  4. 5

    Salam,

    Merci pour ce beau texte. une question, que signifie “naf(s)” svp ? Merci d’avance pour votre réponse.
    mashaAllah 3alikoum

  5. 6

    Salam aleykoum,

    BarakAllahoufik pour cet article si bien écrit. Il nous recadre et met en avant notre rôle de mère sous différents angles. à quand le prochain article ?

    JazzakAllahoukhayr

    My Bayt

  6. 7

    Assalam alaykoum madame Nûr :-)
    Un texte qui remet les idées en place et qui fait reflechir quand on commence a se facher un peu a la maison …
    BarakAllah ou fiki :-)
    Bisous!!

  7. 8

    Salam Aleykoum Wa Rahmatullâh,

    Wa Fik Barak’Allâh et Amîn à ton dua Pauline :)
    Merci encore et tjs à vous pour vos commentaires qui me laissent penser que mes écrits trouvent écho avec une certaine utilité, Hamdullilâh!
    La seconde partie de ce texte devrait être publiée Vendredi prochain Inshâ Allâh :)
    Minataya, pour répondre à ta question, je ne maîtrise pas l’arabe(enfin niveau très débutant) donc je te dis juste d’après mes lectures, ma compréhension et ce que j’ai voulu retranscrire dans ma phrase par “nafs”, je voulais dire par là “ego/ âme instigatrice du mal”, c’est à dire tous les mauvais penchants naturels de notre âme, son côté sombre, d’où la nécessité “d’éduquer notre nafs, Jihâd nafs”, Allâh ‘Ahlem :)
    Bisous à toutes
    Wassalâm

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile.

Vous pouvez utiliser HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.