A force de parler de fraises, l’envie d’en manger a été plus forte que la patience. Il y a bien quelques fraisiers dans mon jardin, qui luttent contre le manque de pluie de ces dernières semaines et les roues du tricycle de Manel. Le récupérateur d’eau est vide depuis un moment déjà, donc du coup on y va quand même mollo avec l’arrosage. Et les plants de fraises sont au bord d’une allée que les enfants empruntent énormément avec leurs engins fous.

D’ailleurs, pour la petite histoire, mon grand, appelle ce chemin qui longe la maison, “l’autonale”. Comprenez un mix entre “autoroute” et “nationale”. Toujours d’après lui, la limite de vitesse sur l’autonale est de 240km/h… Autant vous dire que les fraisiers en prennent pour leur grade.

Je disais donc que les fraises du jardin sont encore vertes, et loin d’être mûres, du coup j’ai cédé à l’achat d’une barquette ce matin. Je suis tombée sur ce vilain petit canard, que j’ai trouvé vraiment génial !

J’aime sa forme toute arrondie qui me fait penser ( et là attention car mon imagination est débordante ) à un bonbon ourson, ou un pie de vache transgénique. Pourtant ceci, est une fraise.